Musique baroque: je fais mon «coming out» ;)

16 janvier 2009

Pour faire suite à la prestation de l’ensemble Tafelmusik à la Place des Arts pour la Messe en si mineur de Bach ce week-end plutôt que l’OSM… dans la programmation officielle de l’OSM…

…et en réponse à l’utilisation à outrance d’ensembles baroques ou de petits orchestres pour jouer du baroque…

…je vous fais cette confession : J’AIME la musique baroque interprétée par des grands ensembles, sur instruments modernes. Et au la 440.

Voilà! (Je sens que je viens d’en froisser une pléthore… Mais j’assume! Tous les goûts sont dans la nature, non?)

Oui, j’aime le baroque quand il est joué sur instruments modernes…

J’ai ADORÉ l’intégrale des concertos brandebourgeois de Bach présentée durant la saison 2007-2008 par l’Orchestre symphonique de Québec (contrairement à un de mes amis qui était en colère à la sortie)…

Mon seul enregistrement de la 2e suite pour orchestre de J.S. Bach est l’enregistrement «vinyle» de la Philharmonie de Berlin sous la direction de Herbert von Karajan et c’est un enregistrement génial…

En avril 2004, l’orchestre de mon école – dont je faisais partie – a joué la même Suite no 2 de Bach ainsi que sa cantate BWV 4 (Christ lag in todesbanden) avec les moyens du bord, et nous jouions tous au la 440 avec nos modestes et très modernes instruments à cordes, ô sacrilège!! Et le concert fut un succès…

Et j’ajoute à cette confession : je commence à être fatiguée d’entendre de la musique baroque quasi exclusivement avec petits ensembles, souvent sur instruments anciens et au la 415. Trop, c’est trop. C’est probablement la mode, au point où des artistes comme Yo Yo Ma et les Violons du Roy vont jusqu’à jouer un concerto de Haydn pour violoncelle ou même le Requiem de Mozart à la baroque… Je l’avoue, l’achat du disque du Requiem de Mozart des Violons du Roy fut pour moi de l’argent jeté par les fenêtres (25$ plus les taxes), je n’ai pas du tout aimé le peu de vibrato des cordes et le trop petit chœur chantant sans vibrato, non, ça ce n’est pas du Mozart, et non, ce n’est pas le disque que j’écoute présentement pour ma préparation à ce même Requiem, que j’aurai le bonheur de jouer en mars prochain en tant qu’humble altiste du rang de l’orchestre symphonique de Lévis.

Quand reverra-t-on le Messie de Händel à l’OSQ? Quand reverra-t-on, chez nos disquaires préférés, dans l’étalage des nouveautés, du Bach interprété par de grands orchestres symphoniques? Jusqu’à quand durera cette vague de «baroquisme enragé» qui me tape de plus en plus sur les nerfs?

Est-ce un crime que d’apprécier aujourd’hui de la musique baroque jouée avec les moyens modernes dont nous disposons alors qu’il y a 200 ans, m’a-t-on dit, Felix Mendelssohn montait le Messie de Händel à plus de 200? (corrigez-moi si je me trompe ici…)

Au cas où des gens de l’OSQ liraient ce billet : continuez de nous présenter du baroque, vous avez le droit et j’aime ça!! Vous êtes bien les seuls à oser le faire par les temps qui courent, parce qu’à Montréal le grand Maestro Nagano n’a pas voulu faire jouer la Grande Messe en si mineur de Bach par l’OSM trop moderne à son goût… Et aussi : quand referez-vous le Messie? Je veux le chanter, bon!!

Publicités

One Response to “Musique baroque: je fais mon «coming out» ;)”

  1. Alexandra Says:

    100% d\’accord. Mozart a composé à une époque charnière entre le baroque et le classique, et l\’évolution vers de plus grands ensembles et vers l\’invention du piano qui a remplacé le clavecin fait également partie de celle de son oeuvre. Le Requiem et ses dernières oeuvres sont conçus pour grand ensemble. Mozart fut à la fois le dernier grand compositeur baroque et le premier classique. Il ne faut pas confondre l\’intention du compositeur et ses souhaits quant à l\’interprétation de son oeuvre et les moyens dont il a effectivement disposé à la création de celle-ci en effectifs musicaux, chanteurs et musiciens. Les concerts baroques de l\’OSM et des Violons du Roy sont certes une «photo» qui permet à l\’auditeur d\’entendre comment les oeuvres ont été interprétées à l\’époque, mais pas toujours comme le compositeur l\’avait souhaitée dans les faits! À noter que de tout temps, les compositeurs ont été à l\’affût de nouvelles sonorités à inclure dans leurs oeuvres: par exemple Liszt, toujours à la recherche des nouvelles technologies «pianistiques» et y adaptant plusieurs de ses compositions au fur et à mesure du perfectionnement de l\’instrument .


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s